Accueil / A quoi sert Pôle emploi? (3) A empêcher ses inscrits de travailler

A quoi sert Pôle emploi? (3) A empêcher ses inscrits de travailler

J’ai trouvé un emploi! Au sein d’une association culturelle, je devais travailler sur de la diffusion d’information. Mission intéressante collant à mon métier, environnement de travail attrayant, conditions d’exercice personnalisées… pourtant, j’ai du y renoncer. Mais pourquoi donc vous demandez-vous. A cause de Pôle emploi.

Le contrat proposé était un CAE, or peu de monde y a accès. Il faut être éligible.

Pendant les jours qui ont précédé l’entretien, je m’étais donc renseigné, via internet, sur les conditions d’éligibilité. Soit dit en passant, il n’y a rien du tout sur ce sujet dans le site de Pôle emploi. En revanche, beaucoup de questions dans divers forums.

Les CUI-CAE sont réservés aux personnes rencontrant des difficultés particulières d’accès à l’emploi :

  • Par leur âge : entre 18 et 25 ans et non diplômés, ou entre 50 et 65 ans : non
  • ou Bénéficiaire du RSA ou de l’ASS : non
  • ou handicapé : non et je ne souhaite pas prendre leur handicap comme le dit la campagne de sensibilisation 🙂
  • ou sortant de prison : non (!)
  • ou demandeurs d’emploi inscrits pendant au moins 12 mois dans les 18 mois précédant l’embauche : YES!!

Restait à le confirmer auprès d’un professionnel du Pôle emploi. J’ai donc téléphoné à mon agence de Rennes au 39 49 suite à mon entretien. Tapez *, tapez votre numéro de département, tapez 2, etc… et enfin quelqu’un :

– Pôle emploi, bonjour
– Bonjour, j’ai trouvé un emploi. C’est un CAE et je suis inscrit depuis 12 mois à Pôle emploi.

La réponse de la dame de Pôle emploi m’a glacé le sang :

– Savez-vous que depuis juillet, les conditions ont changé? Il faut maintenant 24 mois pour être éligible. D’après votre dossier, vous ne les avez pas.

C’était vrai, je suis encore loin des 24 mois. S’en est suivi un échange sur ma situation et sur la possibilité d’une dérogation. Mon interlocutrice m’a donc fourni des arguments à transmettre à mon employeur potentiel. C’est en effet à lui de défendre le cas de son éventuel salarié auprès du Pôle emploi dont dépend sa structure, soit Auray dans le cas présent. J’ai donc envoyé un résumé au directeur :

  • A un âge où je devrais rouler en familiale et payer les traites de ma maison, je perçois un montant de chômage du même ordre de grandeur qu’un RSA (moins de 700€),
  • J’ai enchaîné le RMI et un contrat d’avenir auparavant,
  • Et surtout, je correspond parfaitement à la mission et personne n’a fait l’affaire depuis la publication de l’offre deux mois plus tôt.

« Un compromis trouvé sur le contrat de génération », Ouest France 20 octobre. PUK, CAv, CAE, contrat de génération. Avec le Pôle emploi, le changement c’est tout le temps.

Comme le directeur me connait bien, il a contacté son Pôle emploi, ce que ne feraient pas tous les employeurs, avec le résultat suivant :

Sujet : poste de chargé de diffusion
Date : Mon, 8 Oct 2012
Bonjour Franck,
Après multiples démarches auprès de Pôle Emploi et réflexions de notre conseil d’administration,
nous avons décidé de ne pas poursuivre notre proposition de projet commun.
Bonne continuation.
Bien à toi

J’ai revu mon ex-futur employeur depuis. L’association a fait appel ponctuellement à une agence web pour les plaquettes existantes et cherche toujours quelqu’un pour assurer le suivi tout au long de l’année. Quand je lui ai demandé comment s’étaient passées ses démarches auprès du Pôle emploi, sa réponse a bien résumé la situation :

Ils en savent moins que nous, et c’est encore pire avec le Pôle emploi-spectacle.

Voilà donc comment j’ai trouvé moi-même un travail et comment Pôle emploi, qui radie par ailleurs à tour de bras pour améliorer ses statistiques, m’a empêché de travailler. Si c’est la préfecture qui définit les conditions d’éligibilité (variables de ce fait d’un département à l’autre au-delà du tronc commun), c’est bien Pôle emploi qui a refusé ma dérogation. Si je finis par atteindre les 24 mois d’inscription, et le retour au RSA, ce sera entièrement de sa faute!

Ce mois-ci, ma banque m’a proposé, à l’occasion du renouvellement de ma carte bancaire, de passer à une carte avec provision de crédit et extension de garantie pour les produits high-tech intégrées, sans changement de tarif. Mais ma situation de chômeur a empêché le logiciel de m’attribuer ce service, au désarroi de ma conseillère qui ratait ainsi une vente. En quelques sortes, là non plus, je n’étais pas éligible, mais pour la raison inverse : pour ma banque, je suis trop précaire, pour le Pôle emploi, je ne le suis pas assez.

Qu’on ne me dise plus jamais que Pôle emploi sert à trouver du travail.

Si vous aussi avez vécu ce type de situation aberrante à cause de Pôle emploi, je suis tout prêt à les relayer dans ce blog. Les commentaires sont là pour ça.

1er exemple : Un autre article sur les critères de sélection aberrants de Pôle emploi (sur Viadeo) :

Exiger les diplômes d’un sénior ! :

Devant le volume de candidatures pour chaque offre, les critères de sélection et de tri deviennent aussi farfelus qu’imbéciles voire discriminatoires (âge, physique, etc.) mais toujours soigneusement dissimulés.

La conversation s’est instaurée sur LinkedIn, sur le thème A quoi vous sert Pôle emploi? (11 commentaires)

Articles liés :

Étiquettes:

5 commentaires sur “A quoi sert Pôle emploi? (3) A empêcher ses inscrits de travailler”

  1. Bonjour et bon courage
    il y a quelques années je n’ai pas eu accès à un contrat CES dans l’éducation nationale (correspondant à mon profil) parce que parmi les critères il fallait avoir 3 enfants (j’en avais 2) ou vivre seule (si moins de 3 enfants)… l’employeur m’a suggéré de me faire larguer…
    je ne suis pas du tout surprise par ce témoignage et je compatis ; j’ai fini par atteindre les durées requises pour les emplois aidés avec une titularisation après 4 ans de contrats précaires renouvelés tous les 6 mois (4 CES et 4 CAE) …(j’ai un bac+4)
    encore bon courage
    Alex

  2. Bonjour,

    Je réagis à ton article car je ne suis pas tout à fait d’accord avec toi sur le sujet.
    Je ne pense pas que ce soit Pôle emploi qui t’ai empêché d’avoir un emploi… Ce n’est pas rux qui définissent les conditions d’accès à un CAE. Il ne font qu’appliquer les règles définis par notre gouvernement.
    De plus, si l’association à vraiment besoin de quelqu’un pour réaliser un travail : pourquoi ne propose t elle pas un CDI ou un CDD ? La réponse est : elle n’a pas les moyens de le payer, c’est pourquoi elle cherche un « emploi aidé »… Mais est ce vraiment la meilleur solution pour cette association ? La question reste posé…
    Là encore ce n’est pas la faute de Pôle emploi si l’offre proposée par l’association n’est pas un emploi plus « perein »…

    Par ailleur, j’ai apprécié ton article « Internet ; t’outiller pour apprendre ».
    Bonne continuation

  3. @ Olivier
    Je te remercie pour ton commentaire.

    Bien entendu le titre force un peu le trait pour être plus accrocheur. Néanmoins, il n’est pas tout à fait caricatural. Certes, les conditions d’accès aux contrats aidés sont définies au niveau national lors de leur création (cf les emplois d’avenir et le contrat de génération actuellement). Les préfectures ajoutent ensuite leur grain de sel au niveau départemental (avec des conditions supplémentaires) et enfin les Pôle Emploi appliquent les directives. Néanmoins, l’attribution d’une dérogation ne dépend QUE de Pôle Emploi. Je maintiens donc que c’est le Pôle emploi spectacles d’Auray (56) qui m’a refusé un contrat alors qu’il avait le choix.

    Concernant le choix du type de contrat par l’employeur, je suis d’accord. Mais là encore, je comprend ce choix dans la mesure où la plupart des salariés sont des artistes qui évitent ainsi le statut d’intermittent du spectacle. Pour les fonctions de gestion au sens large l’association emploie plusieurs contrats aidés et espère en pérenniser un l’an prochain. Je conçois qu’ils aillent par étapes. De plus les aménagements qu’on m’a proposés me convenaient vraiment (A quoi sert Pôle emploi? -2). Enfin, ce que je comprend de la part d’une association, je le comprends moins de la part d’une collectivité. Or elles ont toujours été de grosses employeuses de contrats aidés.

    Ce qui me hérisse le plus dans cette histoire, c’est que par coïncidence, mes droits au chômage se termineront au bout de deux ans, soit la durée qu’il faut pour devenir éligible. Au lieu d’anticiper de quelques mois, on me fait mariner. Or qu’adviendra-t-il à la fin de mon chômage? Le passage au RSA. Alors là on pourra dire que je serai éligible à tout.

    Dernièrement j’ai reçu un courrier papier de Pôle emploi, avec une proposition pour un contrat de 20 heures pour un remplacement d’un mois à 70 km de chez moi. Le contrat que j’avais trouvé était de 20 heures aussi, pour un an, à 30 km. Cherchez l’erreur! Si j’étais parano, je dirais que Pôle emploi cherche à me mettre la tête sous l’eau.

    Alors je le répète : qu’on ne me dise plus jamais que Pôle emploi sert à trouver un travail. Plus jamais.

    Par ailleurs, merci aussi pour tes compliments sur mon billet à propos d’ITyPA. De mon côté je te félicite pour ton initiative de Timeline du Mooc.

  4. Bonjour !

    Le titre de l’article n’est en rien caricatural, ni dans l’exagération, j’en témoigne.
    Pour ma peine, Pôle Emploi ne m’aura jamais été d’aucun secours. Pire, c’est un boulet que je me traîne à la patte. Explications:
    Après mon inscription, j’ai découvert les joies des rendez-vous qui ne servent à rien, si ce n’est fliquer le chercheur d’emploi et lui reprocher de façon plus ou moins directe et odieuse son manque d’originalité, son trop d’originalité, son manque d’expérience, sa tenue vestimentaire qui demanderait une plus grande attention, son manque de ceci, son trop de cela… Bref, tout un tas d’arguments visant à faire croire au chercheur d’emploi qu’il ne fait pas assez d’effort, ou que c’est lui le problème. Chercheurs d’emploi, ne vous laissez pas avoir, ce n’est rien que de la fumisterie. Est-ce que Pole Emploi m’a déjà proposé des offres d’emploi ? Oui, des offres auxquelles j’avais déjà répondu. C’est qu’il n’y en a pas tant que cela sur PE. Je dirais même, il est navrant de constater le peu d’offres sur leur site. Et quand il y en a, elles nous redirigent sur d’autres sites (ou vers des arnaques, carrément)… Bref, parcours du combattant. PE N’a même pas un accès direct aux employeurs, ce qui me semble très révélateur.
    Après des mois et des mois de recherche, je finis par être recontacté par une petite entreprise privée qui souhaite m’embaucher en CDD. Tout va bien, en plus je suis éligible au CUI CAE, chouette ! Sauf que non: l’entreprise n’est pas dans ma région. Elle n’est qu’à 5 km de chez moi, mais pas dans ma région. L’employeur contacte PE et découvre que s’il m’embauche moi, il ne pourra pas bénéficier de l’aide, ce dont il aurait grand besoin. Là se joue toute ma réinsertion professionnelle : est-ce que l’employeur va me prendre pour 2 mois (ce qu’il est en mesure de payer sans aide CUI-CAE) ou va-t-il embaucher un éligible de sa région 6 mois (ce qu’il serait en mesure d’embaucher avec l’aide CUI-CAE). Pour résumer: 6 mois pour un autre contre 2 mois pour moi, pour le même investissement financier de sa part. J’ai eu la chance que mon profil et mon CV lui plaise beaucoup (contrairement à ce que me laissait entendre mon référent). L’employeur m’a embauché malgré ça, quitte à perdre 4 mois d’embauche. Je l’ai échappé bel !
    En chercheur d’emploi modèle, je n’ai pas attendu la fin de mon CDD pour me relancer sur ma recherche d’emploi. Et bonheur, j’ai trouvé un CDD de plusieurs années pour un poste tout à fait dans mes cordes et dans mes attentes. Dois-je préciser que l’annonce n’est jamais parue sur Pôle Emploi, alors que c’est une offre d’emploi dans le secteur public ?
    Je passe l’entretien, tout est pour le mieux, je suis choisi pour le poste à l’unanimité par le comité de sélection. Seule ombre au tableau, je découvre que je ne suis plus éligible au CUI CAE, à cause de mon CDD de 2 mois. Je suis donc passé à côté d’une fabuleuse opportunité, à côté de l’Embauche qui nous est tant et tant martelée par Pôle Emploi, à cause de l’aide CUI CAE.
    Donc, si je résume, étant donné qu’à l’heure actuelle toutes les offres d’emploi fonctionnent au CUI CAE, pour avoir travaillé 2 mois, il va me falloir chômer pendant 24 mois pour pouvoir me représenter à un entretien d’embauche ???

    Si à l’heure actuelle en tant que chercheur d’emploi vous êtes en galère, ce n’est pas à cause de vous. C’est simplement:
    1. Vous n’êtes pas de la même région que l’entreprise ( si elle n’embauche pas quelqu’un de la région, elle perd l’aide CUI CAE qui lui permet de presque rien payer) Déménagez avant de postuler ! Enfin, si vous y arrivez, du coup…
    2. Vous avez travaillé il y a moins de 24 mois. Même à cause d’un pauvre temps partiel ou d’une malheureuse journée de travail, vous perdrez votre éligibilité et l’opportunité d’être embauché pour le métier que vous attendiez (et pour lequel on vous voulait). Essayez donc d’acquérir de l’expérience professionnelle à coups de CDD tous les 24 mois…
    3. L’Etat préfère financer votre RSA de misère plutôt que votre SMIC. Mathématique mon cher Watson. Ce qui ne serait pas si dramatique si le discours ambiant généralisé, par l’Etat, entre autres, n’était que les chômeurs sont des fainéants qui ne se bougent pas.

    Bon courage à tous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *