Aller au contenu
Accueil / NVM, pour bien commencer la journée

NVM, pour bien commencer la journée

  •  
nvm

NVM sert à faire coexister plusieurs version de NodeJS sur un même poste informatique. Ça peut être utile quand on a des projets qui ne fonctionnent pas tous sur la même version, ou pour faire des tests.

Node.js® permet en effet d’utiliser du JavaScript hors du navigateur. Il est indispensable pour développer avec des frameworks JS, que ce soit en front-end (React, Vue, Angular, Svelte…) ou en back-end (Express, Nest…).

Récemment, j’ai eu le cas quand j’ai voulu tester Vite, qui ne marchait pas avec l’unique version de Node alors installée sur mon poste. J’ai donc du faire évoluer ma version de Node. Sauf qu’avec Node, il n’est pas question d’un simple upgrade comme avec la plupart des logiciels.

Au sommaire :

Faire coexister plusieurs version de NodeJS sur un même poste

1- Installer NVM

Avec Linux, l’installation de logiciels se fait le plus souvent dans le terminal en ligne de commande (bash dans mon cas) :

franck@franck-tux $ curl -o- https://raw.githubusercontent.com/nvm-sh/nvm/v0.39.1/install.sh
franck@franck-tux $ source ~/.bashrc

Il est recommandé auparavant de supprimer toutes les versions de Node que notre ordinateur peut comporter. Pour ma part, j’ai laissé ma v14.17.6 historique, et elle a très bien été prise en compte par le manager.

↑ — Revenir au sommaire

2- Installer une nouvelle version de Node

Lister les versions qu’on a déjà en local

nvm list

Lister les versions qui existent pour en choisir une

nvm list-remote

Installer une nouvelle version

nvm install v18.12.1

Vérifier la version en cours

nvm list
# ou
node –version

Exemples illustrés :

↑ — Revenir au sommaire

3- Switch ponctuel d’une version à l’autre

3.1- Une nouvelle version de Node

Exemple : J’avais la v14.17.6 et j’ai installé la v18.12.1 pour faire fonctionner Vite + React

Vite avec Node 14.17.6 :

L’agaçant localhost n’autorise pas la connexion est le signe que la version de Node n’est pas adaptée, ce que confirme le message dans la console

Vite avec Node 18 :

Avec Node 18, Vite + React fonctionne parfaitement

↑ — Revenir au sommaire

3.2- L’impact d’un changement de version de Node

Mon projet sur le cinéma des origines, sur lequel je travaille actuellement, fonctionne avec les deux versions de Node, 14 et 18 : pas d’impact.

Un projet indifférent à la version de Node

En revanche, les cours de Mike Codeur que je suis également en ce moment sont optimisés pour les versions 12, 14, 15 et 16 mais pas au delà (React Mastery). Donc ils ne marchaient plus sous Node 18. Allais-je devoir choisir entre Mike et Vite?

Sous Node 18, plus possible d’accéder au cours

↑ — Revenir au sommaire

3.3- Bascule entre versions de Node

En plus des deux autres versions déjà installées, j’ai donc ajouté la v16.14.0, qui semblait un bon compromis pour tout faire fonctionner. Malheureusement, après son installation, elle n’a pas pris l’ascendant. C’est la v18.12.1 qui restait prioritaire. En effet, quand on installe une version, elle ne devient pas nécessairement celle en cours. Par défaut, la version la plus récente a le dessus.

Trois versions de Node, mais la 18 reste la version par défaut au lieu de la dernière installé, la 16

Pour forcer le système à passer ponctuellement à la v16.14.0 on fait

nvm use 16.14.0

(et généralement nvm list avant car je ne mémorise toujours pas “16.14.0”):

On a switché sur la v16 !

↑ — Revenir au sommaire

4- Automatisation

4.1- Choix d’une version de Node par défaut

Sauf que le système retourne à la v18 (la version stable la plus récente) dès le démarrage suivant.

Pour rester de manière pérenne sur la v16, il faudrait en effet utiliser nvm alias :

nvm alias default 16.14.0

Mais il est quand même dommage de faire tourner tous mes projets sur la v16, alors qu’un seul le nécessite vraiment.

En savoir plus :

↑ — Revenir au sommaire

4.2- Les fichiers .nvmrc

Les cours de Mike ne sont pas optimisés pour les versions au delà de la v16. Il est donc assez gênant de devoir retaper nvm use 16.14.0 à chaque fois qu’on veut les relancer (d’autant que le lancement est très lent avec ce projet créé en CRA). Attendre de longues minutes pour finalement voir notre navigateur nous dire “localhost n’autorise pas la connexion”, parce qu’on a oublié le nvm use 16.14.0, est des plus énervants pour commencer la journée.

Mais il y a une solution : les fichier .nvmrc

Ajoutez un fichier .nvmrc à la racine de votre projet. Dans ce fichier, ajoutez la version du nœud que ce projet utilise. Dans mon cas, 16.14.0

Un fichier .nvmrc contient une seule ligne

Maintenant, lorsque vous ouvrez le projet dans votre éditeur préféré, vous pouvez exécuter la commande nvm use, et il utilisera la version définie dans le fichier .nvmrc.

franck@franck-tux $ nvm use
Found ‘…ClonesCoursMastery/05react-hooks/.nvmrc’ with version <16.14.0>
Now using node v16.14.0 (npm v8.3.1)

Bon. Ça évite de devoir rechercher le numéro de version précis via un nvm list.

Mais il faut toujours taper nvm use avant npm start si on ne veut pas encore tomber sur l’énervant “localhost n’autorise pas la connexion”

Je pourrais aussi ajouter une ligne dans package.json. Mais c’est délicat dans la mesure où je partage de nombreux projets sur Github, et que je ne peux pas prévoir de quelle(s) version(s) sont équipés les éventuels utilisateurs.

En savoir plus :

↑ — Revenir au sommaire

4.3- L’extension VSCode nvm integration

Heureusement est arrivé… un excellent plugin de VS Code qui lance pour moi nvm use puis la version de Node indiquée dans le .nvmrc, à chaque fois que j’ouvre un projet ! Voila la solution pour bien démarrer la journée !

La solution pour bien démarrer la journée !

Maintenant, quand je lance les cours de Mike, tout est automatisé. Plus de risque d’utiliser une mauvaise version de Node :

et plus de risque d’avoir le désagréable localhost n’autorise pas la connexion dès le début de la journée

↑ — Revenir au sommaire

5- Désinstaller une version

J’ai donc à ce jour 3 versions de Node sur mon poste Ubuntu. La 18 est celle qui tourne par défaut, tandis que j’ai automatisé le switch vers la 16 pour les cours de Mike. Et je peux changer tout ça quand bon me semblera :

Ubuntu 22.04.1 LTS
git --version   --> 2.34.1
node --version  --> 18.12.1 (16.14.0 pour React Mastery)
npm --version   --> 8.19.2 (8.3.1 pour React Mastery)
npm view react version   --> 18.2.0
On peut travailler en même temps sur deux projets ayant une version de Node différente !

Cependant, avec le temps et le glissement des versions, il arrivera un moment où certaines versions de Node n’auront plus aucune pertinence dans mon cocktail. Il sera alors temps de faire un peu de ménage :

nvm uninstall 14.17.6

↑ — Revenir au sommaire

6- Et pour Windows ?

Node Version Manager, également appelé nvm, est la méthode la plus couramment utilisée pour installer plusieurs versions de Node.js, mais elle est uniquement disponible sous Mac/Linux : elle n’est pas prise en charge par Windows.

Cependant, il existe NVM for Windows, similaire (pas identique) à NVM, mais pour Windows :

  • Gestion de plusieurs installations de node.js sur Windows
  • Bascule entre les différentes versions installées de Node.js
  • nvm-windows fonctionne dans un shell Admin
  • Écrit en Go car il est multiplateforme

Le tuto pour NVM sur Windows :

↑ — Revenir au sommaire

7- Et sur un VPS ?

Pour les projets utilisant un framework, il existe un panel de solutions d’hébergement selon qu’on a du front ou du back à mettre en ligne. Si on a les deux à la fois, il va falloir louer un serveur physique dédié ou bien un VPS (Virtual Private Server), qu’on va devoir installer de A à Z :

  • OS serveur (Ubuntu),
  • serveur web (Nginx),
  • base de données, Express, React,
  • mais aussi tous les outils gravitant autours : NodeJS, GIT, MySQL2, Argon…

En fait on recrée en ligne toute sa stack locale. Mais qu’en est-il de NVM?

Déploiement d’un site sur un VPS

Bonne nouvelle, NVM peut également être installé sur un Serveur Privé Virtuel (VPS), ce qui permet de ne plus se soucier des problèmes de compatibilité entre les projets qu’on y ajoutera au fil du temps. Voila qui est très appréciable !

↑ — Revenir au sommaire

Aller plus loin :

Lisez aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partagez
Tweetez
Partagez