Accueil / Téléphone fixe : la fin du RTC et le passage au tout IP

Téléphone fixe : la fin du RTC et le passage au tout IP

  •  

Jadis, souvenez-vous, c’était le téléphone qui donnait accès à internet – nous avions alors des modems. Désormais, c’est l’inverse, c’est internet qui permet de téléphoner.

Des box « voix uniquement » pour téléphone seul

Depuis le 15 novembre 2018, il n’est plus possible de souscrire un abonnement au téléphone fixe. Les nouveaux clients ou ceux qui déménagent doivent depuis lors opter pour une offre de téléphonie fixe via une box. Il se vend ainsi des box « voix uniquement ». 9,4 millions de Français possèdent encore une ligne fixe sans accès internet, sur les 20 millions d’utilisateurs du fixe.

L’arrêt du RTC est un mouvement général des opérateurs historiques. Certains pays ont déjà fait la bascule (Suisse, Croatie, Macédoine…), les autres comme Orange se préparent à la faire.

Migration du RTC à la VoIP pour les particuliers

Évoquée en 2014 par l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep), la disparition du RTC a été officialisée début 2016. Les coupures planifiées du « Réseaux Téléphonique Commuté » historique (RTC), commenceront en 2023, après 139 ans de bons et loyaux services. A ce moment-là, il ne sera pas obligatoire, pour autant, de s’abonner à internet. Mais il faudra nécessairement avoir une box pour appeler depuis une ligne fixe. Orange promet « des équipements simplifiés pour les personnes âgées ».

Néanmoins, il n’y aura aucune interruption de service. L’évolution de la téléphonie fixe vers le tout IP se fera en effet de manière progressive. Dans chaque région, les clients seront informés en amont, un peu comme à l’arrivée de la TNT. Depuis février 2018, quatorze communes du Finistère testent déjà ce nouveau dispositif.

Quant aux entreprises, celles-ci vont également devoir migrer vers un autre mode de communication. En effet, nombre d’entre elles utilisent encore le RTC pour leurs fax ou leurs terminaux de paiement. Numeris, le Réseau numérique à intégration de services d’Orange va en effet également s’arrêter au profit du tout IP.

70% des entreprises utilisent encore le RTC pour différents services

Téléphone pour les services d’urgence

Enfin, le principal problème concerne les services d’urgence. En effet, beaucoup d’entre eux utilisent une ligne RTC qui présente l’avantage de rester opérationnelle même lors d’une coupure de courant. Les lignes de secours des ascenseurs, alarmes et équipements de télésurveillance sont les principales concernées. Plus globalement, les secteurs des téléalarmes et de la télésurveillance vont être chamboulés par le retrait du RTC : maisons de retraite, hôpitaux, usages critiques comme la surveillance des barrages, terminaux de paiement par carte bancaire dans certains commerces indépendants.

L’ARCEP recommande les passerelles GSM (ou 2G). La technologie 2G suffit en effet pour contacter les services d’urgence et la couverture du territoire dépasse les 90%. L’avantage est surtout leur autonomie en cas coupure de courant, que n’a pas l’ADSL. Mais qu’en est-il des 10% restants ou des configuration pour lesquelles le signal mobile n’est pas approprié ? La question n’est pas encore tranchée.

Ce téléphone ne pourra bientôt plus fonctionner sans être branché à une box internet

Une évolution qui s’ajoute à de nombreuses autres par le passé

En 1966, à l’époque des opératrices des PTT, Fernand Raynaud demandait “Le 22 à Asnières

 

Aller plus loin

Lisez aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *