Accueil / Jeux vidéo : alors, pas encore gamer?

Jeux vidéo : alors, pas encore gamer?

  •  

Ce sont les derniers jours de l’exposition Tous joueurs, toutes joueuses? à la Cité des Sciences et de l’Industrie – Universciences (jusqu’au 24 août 2014).

Les jeux vidéo au musée, c’est la consécration! Ce sont donc des objets culturels? Assurément. De nombreux artistes (musiciens, peintres, voire écrivains) des siècles passés, s’ils avaient vécu de nos jours, auraient fait une carrière dans les jeux vidéo. Les bibliothèques ne s’y trompent pas (du moins certaines d’entre elles) et ont intégré les jeux vidéo dans leur médiation culturelle, que ce soit à travers le prêt de jeux, la possibilité de jouer sur place, ou dans le cadre d’animations plus ponctuelles, comme le montrent ces quelques exemples :

Le jeu vidéo serait le divertissement favori des Français :

D’après l’institut Gfk, les Français jouent ainsi 12 heures par semaine devant leur écran, que ce soit sur PC, console, et même sur smartphones et tablettes. Aujourd’hui, 8 Français sur 10 disent jouer aux jeux vidéo, une progression de trois points par rapport à l’an dernier. Près de 60% d’entre eux passent même du temps sur le réseau pour affronter des adversaires du monde entier.

De plus, les jeux vidéo sont loin de ne concerner que les hommes. Selon une étude de 2011 du Syndicat national du jeu vidéo, les femmes représentent 52% des joueurs réguliers.

Les jeux vidéo, un loisir de garçons, la lecture un loisir de fille?

Si ces quelques articles ne vous convainquent pas, peut-être que vous serez plus sensibles aà la bible de la profession, le BBF :

Si vous voulez approfondir, lisez le slide du CNFPT de Corse – Les jeux vidéo en bibliothèque, une activité culturelle :

N’hésitez pas non plus à rejoindre le groupe Facebook « Jeux vidéo en bibliothèque« 

Pour les derniers réticents, sachez que l’ABF a publié un guide pratique des jeux vidéo en bibliothèque (32€). Si même l’ABF fait la promotion des jeux vidéo dans les temples du livre, cela vaut peut-être le coup de se renseigner :

En allant plus loin dans la discussion, la personne que j’ai eu m’a aussi dit que les grands éditeurs de jeux vidéo ne répondaient même pas aux sollicitations des fournisseurs de bibliothèques concernant les droits…
Du coup, ça se confirme : achetez vos jeux où vous voulez, les droits ne sont négociés nulle part.

Ça ressemble fort au prêt de CD tout ça.

Alors selon vous, les jeux vidéo en bibliothèque : hérésie ou sens de l’histoire?

<MAJ du 22 août 2014 – CV : pas encore gamer?>

Warcraft sur son CV pour décrocher un job? – Slate.fr, 20.08.2014 :

« Dans la section de son CV consacrée aux loisirs, une Américaine de 43 ans qui postulait à un poste de directrice du marketing et de la communication dans un département des sciences de l’information d’une université a écrit qu’elle était une joueuse chevronnée à World of Warcraft (ou WOW), très populaire jeu de rôle multijoueurs en ligne.

Elle a expliqué qu’elle y avait géré des guildes, associations de joueurs pendant la partie, de 500 personnes et supervisé des raids de 10 à 40 joueurs pour mener à bien des tâches pendant plusieurs jours. Des compétences «qui s’appliquent directement au type de poste que je recherche», a-t-elle précisé: le management et la communication interpersonnelle.

Le Wall Street Journal (WSJ), qui raconte son histoire, écrit que de plus en plus de chercheurs d’emplois indiquent fièrement leurs compétences et leur rang dans WOW et autres MMORPG, que ce soit dans leur CV ou sur leur profil Linkedin: «certains joueurs affirment que les tâches du jeu ne sont pas si différentes des missions du travail moderne de bureau», explique le journal.

[…]

Dans cette même section loisirs d’un CV, qui peut affirmer que la lecture de romans permet de développer autant de compétences?

</maj>

Étiquettes:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *