Accueil / Une stratégie de positionnement sur Internet (2) : Le catalogue en ligne

Une stratégie de positionnement sur Internet (2) : Le catalogue en ligne

Vous aimez? Partagez !

Catalogue : papier et informatique. Pas encore les catalogues « nouvelle génération ». L « Institute of Historical Research » de Londres, d’où vient cette photo, a maintenant son catalogue en ligne : http://catalogue.ulrls.lon.ac.uk/search~S10

Depuis toujours, le catalogue fait partie de la panoplie des bibliothèques. A la fois inventaire des ressources et outil pour retrouver les dites ressources, il ne servait à l’origine qu’au bibliothécaire. Le lecteur devait passer par le personnel de la bibliothèque pour demander un document, celui-ci consultait son catalogue et allait chercher le livre. D’abord sur tablettes d’argile comme à Babylone, le catalogue a suivi l’évolution des supports en parallèle avec le livre. Dans l’Égypte antique, on a retrouvé une bibliothèque de volumen en papyrus avec son catalogue gravé sur les murs. Dans l’Alexandrie de la période hellénistique, la “Table des auteurs” de Callimaque constitue un grand catalogue en 120 rouleaux, classant toute la littérature connue de son époque. Aujourd’hui on peut encore trouver dans les grandes bibliothèques actuelles ces grands classeurs de petites fiches cartonnées (avec leur pavé ISBD), manuscrites puis tapuscrites, reliées par de grandes tringles. Et puis les catalogues sont devenus informatiques, en reprenant les habitudes issues du papier : les formats MARC sont apparus (1969), mais lorsqu’on imprimait une notice, le résultat était toujours un « pavé ISBD ».

En parallèle avec la mises en accès libre des collections (années 1970′-80′), des postes informatiques dédiés ont été mis à la disposition des lecteurs pour qu’ils puissent rechercher par eux-même sur le catalogue… mais sans changer fondamentalement la mise en forme des notices. Ce sont les fameux OPAC (Online Public Access Catalogs), bien connus de la profession, mais totalement inconnus du grand public.

Enfin, ces OPAC sont devenus accessibles à distance. Ils caractérisent aujourd’hui les bibliothèques sur Internet, bien plus que le site ou le blog qui l’accompagnent (billet précédent). Le catalogue en ligne propose deux types de services que l’on peut utiliser de chez soi, éventuellement en vue d’un prochain déplacement à la bibliothèque :

La recherche de documents

  • Savoir si la bibliothèque possède un document, si celui-ci est disponible. Ou s’il est prêté, quand il doit revenir.

Le compte usager

Après s’être identifié, chaque lecteur peut :

  • avoir une vue d’ensemble de son compte
  • consulter ses prêts en cours
  • afficher son historique de prêts
  • réserver des documents et consulter la liste de ses réservations
  • se constituer une sélection personnelle pour des emprunts futurs
  • faire des suggestions d’achat et consulter les réponses qui y sont apportées
  • etc

D’abord réservés aux grandes institutions (OPACs sur… le Minitel!), les catalogues en ligne se sont démocratisés jusqu’à équiper aujourd’hui la plupart des bibliothèques municipales, jusqu’aux plus modestes. Mais la plupart des interfaces garde les habitudes issues des petites fiches cartonnées. Les champs reprennent les anciens catalogues papier : titres des livres, autorité auteurs, autorités matières… Et gare à la faute de frappe ou on passe à côté de la notice!

Ces catalogues ne prennent pas en compte l’évolution de l’informatique non documentaire. Les gens ont aujourd’hui l’habitude des moteurs de recherche, où avec quelques mots vagues à l’orthographe approximative, on trouve toujours quelque chose, et parfois ce qu’on cherche. Les troncatures, « ? » et autres « * », s’ils sont utiles aux documentalistes pour interroger les bases de données spécialisées (via DIALOG par exemple), n’ont pas leur place sur l’interface lecteur d’un catalogue de bibliothèque municipale en ligne. De nouveaux catalogues voient donc le jour depuis quelques années, mais ceci est une autre histoire… que je raconte ici :

Vous aimez? Partagez !
Étiquettes:Catalogue

2 commentaires sur “Une stratégie de positionnement sur Internet (2) : Le catalogue en ligne”

  1. Retour de ping : InfoDocBib – Le blog » Blog Archive » Ils sont venus, ils sont tous là

  2. Retour de ping : InfoDocBib – Le blog » Blog Archive » Les « nouveaux » catalogues

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *