Démocratie de la connaissance contre démocratie des crédules (1) : presse écrite

Share

Le dernier numéro (313) de Science-pseudo-sciences, la revue de l’AFIS, publie un article de Gérald Bronner de 19 pages : Pourquoi Internet peut-il être un incubateur de la pensée extrême ?

SciencePseudoSciences313
Fausses sciences et radicalité : le danger d’Internet – p. 59 – Science & PseudoSciences n°313

Gérald Bronner est professeur de sociologie à l’université de Paris-Diderot. Il travaille sur les croyances collectives, les erreurs de raisonnement et leurs conséquences sociales. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages, dont La démocratie des crédules.

Je lui ai déjà consacré un article ici même : La démocratie des crédules. Je partage son raisonnement autour du marché cognitif, que les croyants de tous types cherchent à noyauter, tandis que les rationalistes sont moins réactifs pour convaincre les indécis. Mais je trouve son concept de marché cognitif trop focalisé sur Internet. La semaine dernière, je faisais mon tour habituel chez un marchand de journaux, dans la galerie d’un centre commercial cette fois-là. Au beau milieu des revues scientifiques, mêlés à Pour la science, Les cahiers de science et vie ou La Recherche, j’ai trouvé en nombre égal un type de revues qui nécessiteraient pour le moins un classement à part :

Complots & Dossiers Secrets

ComplotsDossiersSecrets
Dans le monde papier aussi, on trouve de tout.

Les médias actuels proposent une vision souvent uniformisée et formatée de l’actualité.
Certains cependant vont plus loin et cherchent ce qui se cache derrière cette réalité trop souvent édulcorée.
Complots & Dossier Secrets est le magazine qui répond aux attentes de ces personnes en quête d’une autre vision de l’information.
Le monde serait-il gouverné par une minorité très influente politiquement, économiquement et militairement qui agirait dans le seul but d’établir un Nouvel Ordre Mondial ?
Y aurai-il un complot mondial visant à asservir la population, la manipuler afin de mieux la contrôler ?
Voici quelques-unes des questions auxquelles le magazine tente d’apporter des pistes de réflexion, à travers les rubriques suivantes :
– Actualité et décryptage des sujets d’actualités vus sous un autre angle
– Dossiers de fond sur les sociétés secrètes, le N.O.M., les complots, le contrôle des Esprits.

Aliens – Paranormal, ovnis, science fiction

AliensParanormal24Au sommaire :
• Un show TV péruvien interrompu par un OVNI
• Des OVNIs en file indienne dans le ciel russe
• Roswell – La thèse nazie !
• Trois histoires d’OVNIs français trouvées dans les archives de l’US Air Force
• OVNIs et Conscience
• Observations dans le Leicestershire
• Un livre de Daniel Robin sur les mutilations animales
• Pour aller sur Mars, mieux veut avoir été mis en hibernation !
• Les apparitions d’OVNIs à l’époque de Jésus

Science et Inexpliqué

ScienceEtInexplique46Créé en 2007, Science et Inexpliqué se distingue des autres magazines par son indépendance et le refus de tout dogmatisme. Parce que le mystère nous entoure, parce que les organes d’information ont tendance à (trop) souvent l’ignorer, nous avons fait le choix de prendre les questions à bras-le-corps pour trouver tout ou partie des réponses. Une ambition que l’on ne peut satisfaire sans « armes », c’est-à-dire sans l’aide de spécialistes, de scientifiques, de chercheurs et de sceptiques. Riche de leurs avis, travaux et réflexions, mais aussi d’enquêtes de terrain et d’une grande connaissance des dossiers dits « mystérieux », Science et Inexpliqué est aujourd’hui la référence incontournable dans l’univers du paranormal, de l’ufologie, de la cryptozoologie, des énigmes historiques et des civilisations disparues.

Mondes étranges – Paranormal, ovnis, mystères

MondesEtranges
Je n’ai pas trouvé de description pour ce magazine. Mais la couverture se suffit à elle même il me semble.

Monde inconnu – Au delà de la science

Wikipedia nous apprend que c’est le doyen, largement antérieur au web :

MondeInconnuLe Monde de l’inconnu sous-titré « Au delà de la science », « on nous cache tout, on ne nous dit rien », est une revue mensuelle française fondée en 1973 (Cohello Éditions Presse, Nice). Ce magazine est le plus ancien magazine de la presse spécialisée paranormale et surnaturel, depuis 1974 ! A ce jour, son tirage annuel en france est de 180.000 exemplaires, et compte près de 2000 abonnés. En kiosque dans près de 8800 points de vente.

Hormis une verrue commerciale pour certains, aucun de ces magazines n’a de version web. Aucun ne met d’article en ligne. C’est du pur papier. Inversement, on peut trouver sur la toile des sites d’actualités adossés aux magazines sérieux. Allez donc faire un tour sur les sites de Pour la science, Les cahiers de science et vie,  La RechercheHistoria ou l’Histoire. Alors, pas éducatif, le web?

Je suis contre la censure en général. Même si je ne partage pas les idées de ces magazines, ils se conforment à la loi sur la liberté de la presse et peuvent donc participer au marché cognitif au sens de Gérald Bronner. Néanmoins, n’est-il pas malsain qu’ils soient au beau milieu du rayon sciences alors qu’ils traitent d’autre chose? Pourquoi de nombreux coins presse de France mélangent-ils allègrement sciences, complots et paranormal? Est-ce que cela ne favorise pas le relativisme du tout se vaut? En quoi est-ce alors différent d’Internet? La confusion vient des sociétés d’abonnement de presse qui distinguent bien deux catégories  : Sciences d’une part, et Ésotérisme/paranormal/ufologie d’autre part, mais au sein d’un même thème Sciences et techniques.

Le festival se poursuit au rayon histoire où il n’y a même pas de sous-catégorie, puisque celui-ci est déja une sous-partie en Art et culture. Ainsi, Secrets de loge ou Mystères, mythes et légendes côtoient Historia et les dossiers de l’Histoire, alors qu’ils devraient se trouver en ésotérisme.

RayonHistoire

Mais le pire, c’est quand les revues qu’on classerait dans les magazines de vulgarisation grand public se mettent à tout mélanger à l’intérieur de leurs pages, comme par exemple ce numéro de Ça m’intéresse épinglé par l’AFIS : Quand la science explique le paranormal – décembre 2014.

CaMinteresseScienceExpliqueParanormal
Comment s’étonner que Ca m’intéresse ne figure jamais dans mes revues de presse?

Un regard critique bien peu critique
Le regard critique est maintenant toujours invoqué dans ce type de dossier. Mais il est très souvent attribué aux partisans mêmes du paranormal : les « bons astrologues » jugent de la déontologie et du sérieux des astrologues, les « bons voyants » nous aident à faire le tri entre charlatans et « pratiquants sérieux ». Ici, dans un encadré intitulé « Comment éviter les dérives », c’est le Comité Illusionniste d’expertise et d’expérimentation des phénomènes paranormaux présidé par l’illusionniste Ranky qui est convoqué pour « scruter les trucages ». En réalité, François Ranky est un partisan convaincu du paranormal.

Donc quand j’entends que c’était mieux avant, avec le papier, et qu’il faudrait nettoyer la toile pour obtenir un Internet civilisé ou équivalent, je rigole doucement. Oui, objecte-ton, mais avec le papier, la connaissance est ordonnée dans le monde physique, alors que tout est mélangé sur le net. Ce billet constitue un contre-exemple éloquent.

OuvrirUnJournal

Lisez aussi :

  1. Complots, no go zones et paréidolies
  2. Madame, on n’a pas trouvé sur Internet
  3. Les médias traditionnels plus fiables qu’Internet?
  4. Où va la presse?
  5. Et si c’était la vérité?
  6. La démocratie des crédules
  7. Faut-il toujours chercher la certitude ?
  8. Internet, la nouvelle République des Lettres?
  9. Questions sur le créationnisme
  10. Existe-t-il une culture scientifique?
  11. Culture scientifique et fact-checking
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

2 commentaires sur “Démocratie de la connaissance contre démocratie des crédules (1) : presse écrite

  1. Le problème de Bronner c’est qu’il qualifie parfois parfois de croyants ceux qui ont des doutes rationnels. Par exemple, on peut légitimement se méfier des OGM sans être un illuminé.
    Bronner se sert de cette accusation comme d’une arme pour défendre sa propre vision, favorable aux OGM, au gaz de Schiste.. et opposé à ce qu’il appelle « l’idéologie de la peur ».
    On se demande qui fait de l’idéologie…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *