Le mammouth est-il ornithophobe?

TwittclasseHauteSavoie
Share
184px-Paul_Jamin_-_Le_Mammouth
La peur des oiseaux se nomme ornithophobie. La peur de twitter n’avait en fait rien à voir avec la fermeture de la seule twittclasse de Haute Savoie par le rectorat.

Plusieurs enseignants ont réagit dans les commentaires de mon second billet sur la promotion de la littératie auprès des jeunes pour montrer qu’ils sont bien à la page avec le numérique. En revanche, si les enseignants sur le terrain sont souvent à l’origine d’initiatives intéressantes localement, on peut parler d’inertie de la part des hiérarchies. En témoigne l’histoire de la twittclasse de La Roche-sur-Foron :

Il existe actuellement plus de 200 twittclasses en France qui fonctionnent sans problème, en accord avec leur hiérarchie. Il est fini le temps des expérimentations audacieuses de la pugnace Laurence Juin, la première à avoir utilisé le site de micro-blogging Twitter dans un cadre pédagogique en France. Le Centre national de documentation pédagogique donne même la marche à suivre.

La hiérarchie dont je parle ici ne concerne pas la direction des établissements, mais l’inspection académique et le rectorat. Sous un fallacieux prétexte de sécurité (rappelons que le bug de Facebook n’en était pas un), le rectorat de Haute-Savoie a ordonné l’arrêt de la seule twittclasse du département. Quel rapport entre Facebook et Twitter? Est-ce le symptôme d’une frilosité vis à vis d’Internet et des réseaux sociaux? Même pas. Selon OWNI, il s’agirait d’enjeux de pouvoir local, bien éloignés de la pédagogie :

La sécurité n’a peut-être rien à voir là-dedans, mais plus des enjeux de pouvoir microcosmiques.

Si l’histoire a fait tant de bruit, c’est parce qu’au même moment, une demande de visite de l’établissement a été refusé à Pierre Frackowiak, pédagogue membre d’un groupe de travail sur le numérique au ministère de l’Éducation Nationale. Celui-ci est conscient des changements qu’implique le numérique :

L’intérêt c’est de construire un cours à partir de la production des élèves et non du savoir du maître », explique le pédagogue.

[…] le numérique va prendre une place de plus en plus importante et l’école tarde à le comprendre. « Nous sommes en train de rater le train ! Nous utilisons ces outils pour améliorer les anciennes pratiques, les rendre plus faciles ou agréables. Mais ces nouvelles technologies annoncent une autre ère comme dit Edgar Morin.

Le reproche de Pierre Frackowiak est semblable à celui que je fais parfois aux bibliothèques : que nous soyons d’accord ou pas, le train du numérique passera de toute manière et n’attendra pas les retardataires. Si nous voulons en tirer avantage, il faut donc accompagner ce mouvement.

Suite à l’émoi dans la communauté et à un courrier de l’ADEP (Amis et défenseurs de l’école publique),

une délégation de l’Éducation nationale menée par le directeur académique des services de l’Éducation nationale, Jean-Marc Goursolas a eu lieu dans la classe de l’école primaire en question.

a indiqué le Dauphiné sans un nouvel article titré la classe Twitter peut reprendre à La Roche-sur-Foron. Patrice Gros, inspecteur adjoint de l’Éducation nationale y explique :

Nous avons permis à l’enseignante de rouvrir au regard des mesures de sécurité prises [comme] le fait qu’aucun twitt ne soit envoyé directement par les élèves. […] L’enseignante recevra également l’accompagnement d’un conseiller pédagogique et d’un animateur spécialiste des technologies de l’information et de la communication.

Sauf que les mesures de sécurité évoquées n’ont rien de nouveau, l’enseignante procédait déjà ainsi avant la fermeture. Je ne vois pas ce que le conseiller et l’animateur vont pouvoir lui apporter de plus sinon l’affichage un soutien de la partie nationale du ministère… face au rectorat (qui est lui-même une partie de ce ministère).

En tout état de cause, si la classe twitter est autorisée à reprendre, le dernier tweet de son compte reste à ce jour celui du 27 septembre :

TwittclasseHauteSavoie
Le compte a été arrêté après neuf jours d’utilisation suite à une volte face du rectorat, qui avait pourtant donné son accord dans un premier temps.

En savoir plus : Twitter : un outil éducatif dans le cadre scolaire (pdf) en ligne sur le site de l’INJEP (Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire).

Avez-vous déjà été bridé dans vos initiatives par l’un ou l’autre niveau de votre hiérarchie, quelle qu’elle soit? Comment les choses se sont-elles terminées? Votre projet a-t-il finalement vu le jour?

Articles liés :

<MAJ du 11/12/2012 : tout est bien qui fini bien>

27 sept-12 nov : un mois et demi pour se rendre compte que Twitter n’est pas plus dangereux à La Roche-sur-Foron que dans les 200 autres twittclass de l’hexagone!

</maj>

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *