Aller au contenu
Accueil / La bibliothèque mute… sauf dans les esprits

La bibliothèque mute… sauf dans les esprits

Toutes vos BD sur tous vos écrans

Ce n’est qu’à titre d’illustration que je ne me suis servi du billet de Yann Moix (trouvé au détour d’un partage sur Facebook) dans mon billet sur les tablettes. Il est si caricatural que je ne voyais pas l’intérêt d’y réagir. D’ailleurs, personne n’y modère les commentaires, qui restent tous en attente : cela montre bien le raisonnement papier de M. Moix, y compris sur un support numérique qu’il ne (veut pas) maitriser. D’autres (qui eux s’occupent du “service après lecture” de leurs billets – ie qui publient les commentaires) ont par contre vivement réagit à la vision poussiéreuse des bibliothèques qui s’en dégage. Entre autres :

  • Daniel Bourrion (qu’on est content de voir à nouveau s’exprimer sur les bibliothèques dans son blog) :

m’interroger sur ce mélange que vous faites entre le support et ce qu’il contient/transporte (enfin, vous ne savez toujours pas que peu importe le flacon, etc… ?) ; me dire que c’est une nouvelle manifestation du syndrome du Doudou (mon invention) qui fait qu’en un monde où tout bouge, on se raccroche à un objet rassurant, un livre papier, par exemple, pour avoir moins peur ;

On savait que l’imprimerie avait tué les manuscrits, ça fait plus de cinq siècles et aujourd’hui tu l’acceptes. Combien t’en faudra-t-il pour accepter l’assassinat de l’imprimerie par le numérique ?

  • Et la bibliopathe qui, toujours avec humour, rappelle qu’on aime la lecture sur tous supports (vraiment tous les supports 🙂 ), et chez qui j’ai laissé le commentaire suivant :

Je vois que “Mort et vie des bibliothèques” a eu un certain retentissement. Yann Moix n’est malheureusement pas le seul à penser ce qu’il écrit. Les tutelles en sont souvent au même point :

“Quoi?? des BD sur des téléphones? Mais c’est n’importe quoi! On nage en pleine science fiction!”

https://infodocbib.net/index.php/2012/01/39e_festival_d_angouleme/

Ceci dit, cette pin-up donne très envie de (la) lire 😉

  • Etienne Cavalié, aka Lully, fait remarquer quand à lui que lecture sur papier et sur liseuse peuvent être complémentaires (point de vue de bibliothécaire hybride?) :

Pour ma part, je lis toujours énormément de livres, et je lis énormément de textes sur Kindle. Ma lecture sur papier n’y a rien perdu. Ce que je lis sur Kindle est pris :

  1. sur ce que je lisais avant sur écran, quand c’était un peu long
  2. sur ce que je ne lisais pas du tout, parce que c’était trop long (trop long pour que j’arrive à le lire sur écran, trop long pour que je l’imprime) Articles en anglais, billets de Calimaq, articles Wikipedia fouillés, mémoires de l’Enssib, CR de réunion de l’Abes, documents trouvés sur HAL ou TEL, etc.

Donc le papier n’y a rien perdu, le Kindle est devenu un écran de  lecture support en relai à mon PC.

Enfin, selon Cécile Arènes le billet de Yann Moix faisait lui-même suite à un article de Pascale Kremer dans Le Monde : “La médiathèque mute

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Partagez
Tweetez
Partagez