Aller au contenu
Accueil / Vivement le “Book” 2 !

Vivement le “Book” 2 !

  •  

Il ne plante jamais et n’a nul besoin d’être réinitialisé. Sans batterie, il est utilisable partout, sans recharge ni prise électrique. S’agit-il du dernier produit Apple ? Non. Ce nouveau dispositif bio-optique d’enregistrement des connaissances est une révolution technologique sans précédent, perçu comme le précurseur d’une nouvelle forme de divertissement. Il est présenté par une sorte de clone espagnol de Steve Job (jeune).

Comme toute technologie nouvelle, le “Book” reprend des concepts des technologies antérieures : tous les utilisateurs d’Internet connaissent par exemple les notions de page (page Web, page Facebook…), et de marque page (bookmarks, signets, favoris).

Comme toute innovation, le “Book” demandera un temps d’apprentissage aux moins technophiles d’entre nous. Les bibliothèques doivent immédiatement mettre en place des programmes de formation pour leurs personnels et leurs usagers, afin de contribuer à limiter la “fracture alphabétique”.

Les premiers slides sur une médiation mêlant Internet et Books commencent déjà à apparaître :

Si vous souhaitez connaître l’actualité des bibliothèques, je vous recommande la lecture du Hors Série du BBF : Quoi de neuf en bibliothèque? Uniquement au format numérique, ce numéro spécial n’a pas encore de version compatible avec la technologie “Book”.

Rendons à Thomas Chaimbault ce qui lui appartient. Via mon Netvibes, c’est sur son blog, Vagabondages, que j’ai appris l’existence de cet édition particulière du BBF :

« Disponible uniquement en version numérique, riche de 34 pages, ce numéro aborde des thématiques très diverses, juridiques, techniques, politiques, managériales proposées par des intervenants de qualités (ou presque en ce qui me concerne)…

Jetez un œil au sommaire pour vous en convaincre :

  • Présentation
  • Actualité juridique (Yves Alix)
  • Actualité des personnels (Yves Alix)
  • Actualité des catalogues et des systèmes de gestion de bibliothèque (Marc Maisonneuve)
  • Actualité des réformes universitaires (Christophe Pérales)
  • Les bibliothèques à l’âge de l’accès et de la modernité liquide (Christophe Evans)
  • Les learning centres, un outil pour innover (Suzanne Jouguelet)
  • Actualité de la réforme territoriale (Dominique Lahary)
  • Actualité de la numérisation (Mathieu Andro)
  • Actualités du web (Thomas Chaimbault)

Un numéro donc, à ne pas rater pour faire le point sur l’actualité des bibliothèques qu’on prépare un concours ou qu’on soit professionnel en poste tant la veille, la connaissance du milieu et de son actualité, demeurent plus que jamais important dans l’exercice de notre activité professionnelle. »

Aucun article sur le “Book” dans ce BBF. Pour autant, les bibliothèques ont le temps pour s’y intéresser, la technologie “Book” ne semblant pas encore mature. Pour l’instant, “Book” ne supporte en effet ni les vidéos, ni l’audio, ni les blogs, ni la syndication. Même l’hypertexte n’est pas parfaitement implémenté (la table des matières ne permet pas la recherche en texte intégral). Pas plus que l’iPad, “Book” n’offre Flash, ni USB, ni la gestion des arborescences de fichiers. Il ne permet pas non plus de téléphoner, ni de lire les QR codes, ni le paiement NFC à distance, et il ne fait pas GPS.

Cependant, la technologie de “papier opaque” et surtout celle du “crayon” semblent prometteuses, et j’ai hâte de découvrir le Book 2.

On commence à voir des “Books” aux côtés de nos vieilles tablettes chez les plus technophiles.

<maj du 23 janvier 2013 : le book 2 est sorti>

Alors c’est donc cela, un livre?

Extrait de « Ciel ma bibliothèque »

C’est génial, ça fait comme une télé dans la tête!

</maj>

<MAJ du 19 mars 2014 : le book 2.1?>

Selon Sciences et Avenir,

Avec «Sensory Fiction», un livre high-tech mis au point par une équipe du MIT (États-Unis), la lecture devient à son tour augmentée. […] L’idée est de permettre au lecteur d’éprouver physiquement les sensations ressenties par les personnages d’un roman. Pour cela, le lecteur est muni d’un gilet connecté avec des «capteurs d’émotions» qui l’immergent dans l’univers de l’histoire.

Illustration Science et Avenir

</maj>

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Partagez
Tweetez
Partagez