Aller au contenu
Accueil / Office ou club de lecture (1)

Office ou club de lecture (1)

J’ai déjà abordé la question des acquisitions sous l’angle du rôle des uns et des autres (lecteurs, élus, équipe, directeur) : Acquisitions 1 Ça ne s’improvise pas, 2 Les missions des bibliothèques, 3 Inscription dans les collections.

Dans la pratique, cela passe par des réunions entre professionnels dans les grosses structures. Cela sert à éviter d’acheter un même ouvrage dans deux départements, et à se répartir les achats entre sections, voire entre antennes. Ainsi, la bibliothèque des Champs-Libres (Rennes Métropole) et les antennes de la bibliothèque municipale avaient un politique documentaire partagée pour les CD. Par conséquent, même lorsqu’une politique documentaire précise a été rédigée, il y a des arbitrages à effectuer au quotidien.
Aux Champs-Libres, une grande librairie rennaise avait remporté le marché des livres. A partir de là, un certain nombre d’étapes intervenaient dans la chaîne d’acquisition :

  1. Le libraire mettait les nouveautés de côté pour ses clients. Outre les Champs-Libres et la BM de Rennes, il y avait dans l’arrière boutique des étagères pour la médiathèque départementale et pour des bibliothèques de taille plus modeste.
  2. Les bibliothécaires acquéreurs (un représentant par secteur documentaire) se déplaçaient à la librairie, en vue d’effectuer une première sélection. Chacun se retrouvait avec les livres concernant son secteur. Pour chaque document, il expliquait aux autres acquéreurs pourquoi il le prenait ou pas. Le libraire livrait les livres retenus qui se retrouvaient dans les locaux de la bibliothèque, dans les bureaux des différents secteurs.
  3. Dans chaque secteur, les différents acquéreurs se réunissaient pour effectuer la sélection définitive. Les débats étaient parfois animés. On n’y parlait pas de ses impressions de lectures, mais de l’intérêt du document dans le cadre de la politique documentaire du secteur. Aucun bibliothécaire n’a le temps de lire tout ce qu’il acquiert, mais nous avons des outils professionnels pour gagner du temps.
  4. Les livres finalement retenus entamaient leur périple dans la chaîne documentaire (catalogage, indexation, équipement…). Les non-retenus étaient retournés au libraire.

L’ensemble de ce processus est appelé « l’office », en particulier les étapes 2 et 4. Seuls les bibliothécaires y participent, cela fait partie de leur travail.

La photo ci-dessous issue du blog de Bertrand Calenge pourrait correspondre à un office :

Office ou Club de lecture?

Cependant, ne nous y trompons pas. M. Calenge a intitulé cette scène « Club de lecture ». Cela correspond aussi. Pour autant un club, un comité ou un cercle de lecture relèvent d’une toute autre approche : avant tout, il s’agit d’une animation. Voici dans quel cadre Bertrand Calenge les place :

[…] ne peut-on prioritairement prendre en compte les désirs de dialogue, d’échange, de participation des usagers ‘physiques’ de nos établissements ? Proposer de venir physiquement au débat organisé ou au cercle de lecture ? Offrir une réponse argumentée à celui qui espère une réponse argumentée à sa suggestion d’acquisition ? Mais aussi ménager plusieurs niveaux d’échange et de participation, non pas d’abord en ligne, mais surtout en présentiel : autoriser le dialogue et le rebondissement, encourager les échanges informatifs entre utilisateurs, etc ?

http://bccn.wordpress.com/2010/03/01/pourquoi-les-catalogues-ne-peuvent-pas-etre-2-0/

1 commentaire pour “Office ou club de lecture (1)”

  1. Retour de ping : InfoDocBib – Le blog » Blog Archive » Office ou club de lecture (2)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Partagez
Tweetez
Partagez