Accueil / Humeur

Humeur

Palmyre, autodafé à épisodes

  •  

En laissant faire Daech malgré les moyens qui sont les nôtres, c’est comme si nous posions nous même la dynamite sur les monuments détruits méthodiquement par les extrémistes. Ce grand autodafé que nous n’empêchons pas, c’est comme si nous le commettions nous-même. Le directeur des antiquités de Palmyre, c’est comme si nous l’avions nous-même découpé en rondelles et livré aux corbeaux. L’horreur et la désolation de façade, ça suffit. Des actes!

2015, le Grand Autodafé se poursuit

26 février : Les djihadistes de Daech détruisent des œuvres d’art pré-islamiques du Musée de Mossoul.
05 mars : Daech détruit au bulldozer Nimroud, une cité assyrienne fondée au 13e siècle avant JC
D’un côté des marteaux, des bulldozers et des Kalachnikov, de l’autre, des sommets internationaux et de beaux discours. Quand il ne restera plus un seul monument antique debout en Mésopotamie, il sera temps de réagir.

Incendie à Corbeil-Essonnes : Pourquoi brûle-t-on des bibliothèques ?

« Les exclus de l’école et de l’emploi se sentent menacés par ceux qui assoient leur pouvoir sur la maîtrise de l’écrit »
Si, d’un côté, la bibliothèque est perçue comme « une chance pour le quartier », comme une forme d’accès à la culture, comme un investissement prestigieux, comme un espace ouvert à tous et apprécié de beaucoup, d’un autre côté, « l’attaque de la bibliothèque vient signifier tout l’arbitraire de cette “intervention” de l’État, et d’un autre groupe social, dans “notre espace” du quartier. »

Une société de lecteurs (2) – TAFTA

  •  

Les États-Unis et l’Union Européenne mènent des négociations commerciales depuis juillet 2013 pour mettre en place un accord de libre-échange dans un très important nombre de domaines. Le problème le plus important du futur traité est l’instauration d’un tribunal arbitral où les entreprises pourraient attaquer les états. Cela signifierait la fin de la souveraineté pour 29 états (28 + USA) et 820 millions de personnes, représentant la moitié du PIB mondial.

Une société de lecteurs (1)

  •  

« Aujourd’hui, il semble difficile de concevoir une société juste, démocratique, qui ne soit pas une société de lecteurs et de lectrices. » Encore faut-il que cette communauté de lecteurs ait quelque chose à lire, à écouter, à voir. Ce n’est pas le cas pour les élections européennes.