On ne naît pas Papou on le devient

Share

Ils étudient à Paris au Collège Georges Brassens ou à l’École alsacienne, à Saint-Denis au Lycée Suger, ils ont entre 11 et 16 ans. Ils sont venus « jouer » avec l’écriture au cours d’un atelier des Papous dans la tête dans leurs établissements. Ce matin, ils sont venus lire leurs productions dans les studios de Radio France.

Pour ceux qui ne connaissent pas Des papous dans la tête, il s’agit d’une émission de France Culture diffusée le dimanche matin, où les intervenants jonglent avec les mots dans des jeux sous contrainte façon OULIPO (ouvroir de littérature potentielle).

Oulipo - Papous dans la tête

Voici les jeux de l’émission auxquels se sont joyeusement soumis les élèves durant ces ateliers d’écriture :

  • Dix mots pour une histoire
    10 mots donnés par dix participants ou tirés au sort parmi des petits papiers.
    A vous d’imaginer un récit dans lequel ces mots joueront leur rôle. Vous pouvez employer les mots dans le sens et dans l’ordre qui vous plaira, transformer un nom propre en nom commun, ou vice versa. Toutes les histoires sont les bienvenues : prose ou vers, comédies ou drames express. Pas plus de 15 lignes.
  • Jeu des homophonies approximatives
    Imaginer des histoires commençant par une phrase imposée et se terminant par une phrase homophonique ou presque de la première. Deux phrases homophoniques sont des phrases qui ont à peu près le même son mais pas le même sens. Possibilité de placer des homophonies intermédiaires. Aujourd’hui, deux textes avec la phrase « A la maison de la radio »
  • Le texte à squelette
    Deux conversations basées sur le même squelette : les débuts de phrase sont imposés, la suite est laissée à la création.
  • Etat de chose
    Un participant trace le portrait d’un objet dans un premier récit.
    Un second reprend l’histoire mais du point de vue d’un des personnages du premier récit.

Dans tout ces jeux, tout ce qui n’est pas interdit est autorisé. Pour le dire autrement, il est possible de détourner la contrainte avec créativité. Les vieux papas ronchons ont tort : les petites poucettes savent encore manier la langue française, et de fort belle manière.

(rediffusion de l’émission du  05/04/2015)

Oulipo - Georges Perec
Georges Perec, l’auteur du plus célèbre roman sous contrainte, « La disparition ».

Aller plus loin :

Lisez aussi :

1 commentaire sur “On ne naît pas Papou on le devient

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *