Complots, no go zones et paréidolies

RacismePenal
Share

Les attentats de Paris ont mis les théories du complot sur le devant de la scène médiatique. La couleur du rétroviseur chromé d’une Citroën et quelques autres éléments fumeux posaient un problème à Soral et Cie qui ont monté une théorie conspirationniste, laquelle s’est retrouvée dans les smartphones des ados. Le plus grave, ce ne sont pas ces théories, mais le fait que des ados y aient cru – un jeune sur cinq selon Najat Vallaud-Belkacem (quelle est sa source?) – comme l’ont montré un micro-trottoir du Petit Journal et ce reportage de France 2 :

[Edit du 20 février 2016 : En réalité, ce chiffre sorti d’un sondage Ipsos concerne les Français croyant à «l’existence de la société secrète des Illuminati»]

Les jours suivants, on a eu droit à l’abominable homme de Mars à cause d’une photo de la NASA :

complots - Homme de Mars
Paréidolie

Une photo livrée par la sonde martienne Curiosity a animé la toile des jours entiers et particulièrement le net complotiste. Quatre hypothèses ont circulé pour l’expliquer :

  1. La sonde n’est jamais allée sur Mars et c’est un technicien bien terrien qui s’affaire autour du robot : on nous cache tout, on ne nous dit rien.
  2. Il y a des humains installés sur des bases martiennes abandonnées par des extra-terrestres : on nous cache tout, on ne nous dit rien.
  3. C’est un martien qui s’amuse avec la sonde, l’absence de casque laissant les cheveux à l’air libre le prouve : on nous cache tout, on ne nous dit rien.
  4. C’est l’ombre portée de la sonde elle-même, qui a une forme amusante du fait de la perspective et de l’angle du soleil par rapport à l’objectif.

A votre avis, fallait-il simplement faire preuve de bon sens pour faire son choix? L’histoire ne dit pas ce qu’ en ont pensé les lycéens. Dans la foulée, 20 minutes et Paris Match ont relevé d’autres paréidolies sur d’autre photos de Mars. Selon Wikipedia,

Une paréidolie est une sorte d’illusion d’optique qui consiste à associer un stimulus visuel informe et ambigu à un élément clair et identifiable, souvent une forme humaine ou animale.

Les ados ont l’habitude de se méfier de l’information officielle, mais de croire tout et n’importe quoi du moment que ce n’est pas officiel :

On croit ce qu’il y a à la télé, mais ils ne nous disent pas tout. Et en gros, tout ce qu’ils ne disent pas, c’est dévoilé sur internet.

On ne peut pas totalement les blâmer quand on voit Fox News, média officiel, régulièrement raconter n’importe quoi. On en a encore eu un exemple après les attentats de Paris avec les « No Go Zone« . La différence avec Soral et ses amis, c’est que la chaîne Fox News a du faire marche arrière (apologizes, apologizes, apologizes…). Il faut dire que même leurs collègues des autres chaines US finissaient par se moquer d’eux.

Yann Barthès, "Le Petit Journal"
Yann Barthès, « Le Petit Journal »

Ça me rappelle la fable bidon de la famille RSA qui gagne plus que que la famille au SMIC, ou encore les moisis de la « journée de retrait de nos enfants de l’école » et là, il ne s’agissait pas d’ados mais d’adultes. B-A-BA pour les gamins qui croient à ces conneries : une information dont l’auteur reste anonyme a de grandes chances d’être UN FAKE!!! Mais il existe une arme absolue contre les rumeurs : l’esprit critique! Certes, il est vrai que Voltaire et Hugo sont peu présents dans les Anges de la téléréalité et Hollywood girls. Souvenons-nous des réactions des candidats bacheliers à la sortie des épreuves de français et de math l’an dernier… c’est peut-être ça le vrai problème. La culture sans esprit critique n’est rien, mais l’esprit critique sans culture, c’est pire.

complots - Voltaire10F
Voltaire, surtout connu comme déffenseur de la liberté d’expression, est aussi le grand-père du journalisme d’investigation.

Alors on fait quoi? L’émission de France Ô, Toutes les France (#‎tlfrance‬) du 25 janvier 2015, intitulée « Les jeunes et la France d’après », portait sur les « Je ne suis pas Charlie », les problèmes lors de la minute de silence, et surtout sur les théories du complot. Ce fut le seul endroit tous médias confondus (hors blogs d’enseignants et de bibliothécaires) où un intervenant (un enseignant) a évoqué l’enseignement de la media litéracy comme solution plus profitable que le « nettoyage d’Internet » proposé par l’invité, Michel Fize (Le livre noir de la jeunesseLes interdits, fondements de la liberté, etc.). Et pas un enseignement plus ou moins théorique : il s’agirait par exemple de visualiser des vidéos parlant de complots pour les décortiquer. Il a même précisé un peu plus tard :

La semaine de la presse n’est pas du tout à la hauteur : la media literacy devrait être enseignée tout au long de l’année

Ça nous change des éditocrates habituels qui voudraient retourner au « pensionnat de Chavagne ». Reste à savoir en quoi consistera « l’éducation aux médias et à l’information » proposé par Najat Vallaud-Belkacem, et plus ou moins noyée dans l’EAC (éducation artistique et culturelle). Or le sujet est totalement absent du débat sur la réforme du collège. Pourtant, ce n’est pas comme si le thème de la média littéracie était nouveau :

L’Information Literacy [est] un ensemble de compétences permettant à un individu de reconnaître qu’il a besoin d’une information, et de savoir la localiser, l’évaluer, et l’utiliser conformément à ses besoins.

Pour l’instant, tout ce qu’on a eu, ce sont des mesures de purge des propos racistes en ligne, l’instauration d’un message automatique de rappel de la loi, une loi sur le renseignement-big brother et la sortie de la xénophobie du texte sur la liberté de la presse pour la passer dans le code pénal. D’une certaine manière, les djihadistes ont obtenu ce qu’ils voulaient.

complots - RacismePenal
Charlie Hebdo n°1180 (cliquez pour agrandir et lire)
complots - Tous épies
Internet, victime collatérale du terrorisme.

Vous aimerez :

Tout le dossier :

  1. Complots, no go zones et paréidolies
  2. Madame, on n’a pas trouvé sur Internet
  3. Les médias traditionnels plus fiables qu’Internet?
  4. Où va la presse?
  5. Et si c’était la vérité ?
  6. La démocratie des crédules
  7. Faut-il toujours chercher la certitude ?

<MAJ du 26 août 2015 : Pourquoi les théories du complot séduisent-elles nos enfants ?>

Service public par Guillaume Erner, France Inter, vendredi 27 mars 2015 (52 minutes) :

Dans le cadre de la semaine de la presse et des médias à l’école, Service Public se demande pourquoi les théories complotistes ont tant de succès auprès des enfants, et comment les combattre.

« Un tiers des français pense que nos gouvernements sont dominés par une société secrète » (enquête du CEVIPOF de 2013).

</maj>

<MAJ du 20 février 2016 : Journée d’étude « Réagir face aux théories du complot »>

Une journée d’étude « Réagir face aux théories du complot » s’est déroulée le 9 février 2016 au Muséum national d’histoire naturelle. Collégiens, lycéens, étudiants, enseignants, universitaires et chercheurs, membres d’associations, journalistes, psychiatres, juristes sont rassemblés à cette occasion pour présenter leurs démarches, échanger sur leurs expériences et participer à des tables rondes, conférences et ateliers.

« Le conspirationnisme désigne la tendance à attribuer abusivement l’origine d’un événement ou d’un fait jugé néfaste à un inavouable complot dont les auteurs présumés – et/ou ceux à qui il est réputé profiter – conspireraient, dans leur intérêt, à tenir cachée la vérité.
« Abusivement » car le récit proposé s’affranchit des règles élémentaires de la méthode scientifique en matière d’administration de la preuve. »

Hoax, rumeurs, etc… le vocabulaire à connaître :
Caricature
Conspirationnisme
Controverse
Désinformation
Éducation aux médias
Fact checking
Fake
Hoax
Industrie du déni
Légende(s) urbaine(s)
Mésinformation
Négationnisme
Parodie
Propagande blanche
Propagande grise
Propagande noire
Radicalisation
Recherche inversée (image)
Révisionnisme
Rumeur
Satire
Scepticisme
Troll
Trucage
Vandalisme (Wikipédia)

En savoir plus :

Manuel Autodefense Intellectuelle
Du discours des complotistes à celui des publicitaires en passant par ceux des politiciens, des scénaristes de séries télé, des pseudo-scientifiques ou des extrémistes de tout poil, il nous invite à décrypter toutes les formes de rhétorique susceptibles de nous influencer.

</maj>

<MAJ du 29 mars 2016 : apprends à reconnaître les vrais complots des faux

Ce vidéo-kit est utilisable gratuitement par les professeurs et les éducateurs sociaux dans tous les établissements (dès la classe de 4ème), les centres socioculturels.
L’idée nouvelle de ce kit, c’est qu’il est proposé par des journalistes d’investigation qui ont parfois pour tâche de dénouer de vrais complots. Car oui, les complots existent. Que ce soit des arrangements par cartels d’entreprises ou des stratégies secrètes pour protéger des intérêts industriels.
Le fait de reconnaître l’existence de vrais complots nous semble être une garantie de crédibilité pour toucher les esprits de jeunes qui voient des conspirations partout.

Nous sommes journalistes, nous ne travaillons pas pour Illuminatis hebdo ni CIA-magazine. Nous faisons du journalisme d’investigation depuis 20 ans, nous produisons notamment le magazine Cash Investigation avec Elise Lucet pour France 2.

COMPLOTS ET CONSPIRATIONS : APPRENDS À RECONNAÎTRE LES VRAIS DES FAUX… from PREMIERES LIGNES on Vimeo.

</maj>

Tout le dossier :

  1. Complots, no go zones et paréidolies
  2. Madame, on n’a pas trouvé sur Internet
  3. Les médias traditionnels plus fiables qu’Internet?
  4. Où va la presse?
  5. Et si c’était la vérité ?
  6. La démocratie des crédules
  7. Faut-il toujours chercher la certitude ?

1 commentaire sur “Complots, no go zones et paréidolies

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *